Les différents types d’emploi

Le job saisonnier

Contrairement à un emploi, le job est plus souvent un travail ponctuel et peu qualifié. De plus, il ne rentre pas forcément dans la formation initiale.

Les offres de jobs :

La plupart des offres de jobs concernent la saison d’été. Tentez votre chance dans les secteurs de l’animation, du tourisme, de l’hôtellerie-restauration ou de l’agriculture. En revanche, les jobs saisonniers liées au sport d’hiver sont tout aussi attractifs. Pensez-y.

La majorité des offres s’adressent au plus de 18 ans. Par ailleurs, la maîtrise de la langue du pays est indispensable, l’anglais aussi.

Le réseau Eurodesk, réseau européen d’information spécialisé dans la mobilité des jeunes en Europe, s’appuie sur le réseau Information Jeunesse qui accompagne tous les jeunes qui veulent bouger en Europe quel que soit leur projet (études, travail, volontariat…). Ce réseau organise chaque année au printemps « des journées job d’été » et publie une brochure. www.jobs-ete.com

Voir aussi :

  • Les jobs d’été dans une ville jumelée de l’OFAJ. L’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse offre aux 16-30 ans une bourse pour effectuer un stage ou un job au sein d’une entreprise ou organisation allemande. Voir le comité de jumelage de la ville ou la mairie et le point info OFAJ de votre région : www.ofaj.org
  • Quelques liens utiles :

www.anyworkanywhere.com/

www.teli.asso.fr (adhésion de 45€/an). Site très complet

www.seasonworkers.com/

www.summerjobs.com/

Le Programme Vacances Travail (PVT) ou Working Holidays Visa

Comment partir, vivre, travailler et voyager à l’étranger ?

Le PVT est une excellente solution et une voie rassurante qui permet de partir à la découverte d’un pays tout en étant autorisé à travailler sur place avec une simplification pour l’obtention du visa. La France, via le Ministère des affaires étrangères, compte une quinzaine d’accords en Europe, Asie, Océanie et Amériques.

Chaque année de nombreux jeunes choisissent ce dispositif pour partir à la découverte du monde.

Il faut être âgé de 18 à 30 ans (35 ans pour la Canada) et détenir un passeport. Il faut aussi avoir quelques économies ; on peut vous demander de prouver vos ressources en fonction du pays. Vous pourrez par ailleurs avoir besoin d’un extrait de casier judiciaire, d’un certificat médical et d’une assurance. Vérifiez les conditions qui peuvent varier selon la destination.

Pour plus d’informations :

Le travail solidaire ou les échanges de services

Il existe de nombreuses possibilités pour travailler à l’étranger, parfois surprenantes.

Au pair à l’étranger

La personne au pair est logée, nourrie et perçoit de l’argent de poche. En contrepartie, elle assure la garde des enfants et une partie des tâches ménagères. Pour travailler au pair, il faut être âgé de 18 à 24 ans et avoir quelques connaissances en langue. En général, il faut s’engager pour au moins 6 mois.

Vous pourrez trouver plus d’informations auprès du réseau Information Jeunesse près de chez vous.

Le « wwoofing » et l’échange de services

Un nouveau mode de voyage centré sur la découverte et l’échange non marchand se développe de plus en plus. Il s’agit souvent de travail agricole. Dans ce cas, on parle de “wwoofing” (World Wide Opportunities on Organic Farms). Mais on trouve des échanges de services de tout type.

L’emploi long terme

S’installer durablement à l’étranger demande plus de préparation, en particulier sur la vision et la construction de sa propre carrière.

Un séjour professionnel à long terme est souvent lié à un contrat opéré en France pour une entreprise ou une organisation française, ou une filière internationale. L’expérience peut se faire tout au long de sa vie.

Expatriation ou contrat local ?

L’expatriation est généralement la formule la plus avantageuse puisque vous conservez les conditions de travail et le salaire français dans des pays où le coût de la vie sera parfois nettement inférieur à celui de la France. Néanmoins, elle est de moins en moins proposée par les entreprises françaises dans le contexte actuel. Le site du MAEDI offre toutes les informations nécessaires à une expatriation : www.diplomatie.gouv.fr/fr/services-aux-citoyens/preparer-son-expatriation.

L’autre option est donc de s’intégrer dans une entreprise locale, ce qui n’est pas toujours aisé. En effet, il faut convaincre votre employeur de la plus-value de votre profil et de votre connaissance du pays. Si vous y parvenez, vous signerez un contrat de travail conforme au droit local. Cela signifie que vous serez logé à la même enseigne que les travailleurs locaux. Pensez également à vous renseigner sur les cotisations-retraite.

De la restauration à l’enseignement, ces métiers qui recrutent

La gastronomie nationale étant très réputée au niveau mondial, les Français sont très appréciés dans les métiers de bouche (boulangerie-pâtisserie, cuisinier). Mais ce n’est pas le seul domaine où le savoir-faire français est apprécié : les métiers du bâtiment (couvreur, tailleur de pierre …), ceux de la mode et ceux du cinéma d’animation sont aussi concernés.

Par ailleurs, dans plusieurs pays du monde, on recherche des professionnels de la santé, de l’énergie, du tourisme ou encore de l’hôtellerie.

Autre secteur où votre touche “frenchy” peut être un atout : l’enseignement. Les professeurs de français langue étrangère sont très demandés en Amérique latine et en Chine. Seule condition : maîtriser la langue du pays où vous vous rendez. Il existe également des possibilités de ce genre au Maroc, en Europe, en Turquie et en Russie.

Quelle que soit l’option que vous choisirez, il faut organiser votre recherche d’emploi. On vous donne un coup de main avec ces huit conseils pour trouver un emploi.

0 0 0 0